Le Tourisme en Haïti

Haïti est un pays riche, grand, montagneux. Il partage l’île d’Hispaniola avec le République Dominicaine. La pointe de sa péninsule du nord-ouest est éloigné de 80 km de Cuba, et sa péninsule du sud-ouest de 140 km de la Jamaïque.

Faisons connaissance

Quand tu voyages, pense à la maison. Quand tu es à la maison, pense aux voyages…

Haïti fascine les touristes avides d’expérience surtout. Bien qu’Haïti soit un des pays les plus pauvres dans le monde, Haïti est fier d’avoir été la seule nation a s’être libéré avec succès de l’esclave. Leurs ancêtres érigèrent la première nation noire indépendante et souveraine à la suite d’une longue bataille contre l’armée expéditionnaire de Bonaparte.

Les haïtiens à tous les niveaux sont très sensibles à la manière dont ils sont traités par les étrangers, communément appelés blanc (sans connotation péjorative). Si vous les traitez avec chaleur et considération, ils répondront avec enthousiasme et amitié. Il n’y a pas d’hostilité envers le blanc; si vous vous sentez menacé, c’est certainement le résultat d’un malentendu !
Le contact de l’œil est très important; il n’est pas évité comme dans d’autres pays.

L’humour joue un rôle important dans les rencontres sociales et interpersonnelles. Les Haïtiens ont survécu l’oppression, la misère et font face aux vicissitudes quotidiennes en se riant d’eux-mêmes et de leur situation. Cependant, ils perdront tout sens de l’humour quand il sont attaqués directement et personnellement et peuvent même devenir vindicatifs. Dans ses rapports avec les autres, les Haïtiens aiment les contacts physiques, ce qui peut paraître bizarre à certains.

Certains Haïtiens assument que tous les touristes (les blancs) sont des millionnaires ou, à défaut, très riches. Ne soyez donc pas offensés si on vous demandent des faveurs auxquelles ils vous sera impossible de donner suite.

En Haïti, les costumes de bain ne se portent que sur les places et autour d’une piscine. Ces vêtements sont inacceptables et offensifs à la vue en dehors de ces lieux. Les Haïtiens s’habillent modestement mais proprement. Ils attendent de leurs hôtes une certaine modestie et apprécient les bonnes manières et un certain protocole.

Ils attendent un pourboire, si minime soit-il, à la suite d’un service. Les fumeurs accepteront volontiers des paquets de cigarettes. Les hôtels généralement ajoutent une charge de 10% comme frais de service. On s’attend à ce que le touriste démontre son appréciation à la suite d’un excellent service en se montrant généreux.

Le courant électrique est de 110 volts (courant alternatif). Les pannes électriques sont courantes en Haïti, toutefois, les meilleurs hôtels sont pourvus de générateurs électriques capables de remédier aux déficiences de la compagnie électrique.

Malgré tout le tapage de la presse internationale autour de ses problèmes politiques et économiques, Haïti a un taux de criminalité relativement minime et demeure l’un des pays de la Caraïbe et de l’Amérique latine où la sécurité du touriste est garantie. Toutefois, les précautions suivantes sont fortement recommandées:

  1. Prendre bien soin de fermer à clés les voitures et n’y laisser aucun objet de valeur;

  2. Aux jours marqués par des manifestations populaires et aux troubles politiques, rester en dehors des points chauds et du centre-ville de Port-au-Prince.

  3. En cas de dangers imminents, contacter votre ambassade ou votre représentant diplomatique.

  4. Au moment du départ de l’Aéroport, ceux munis d’un passeport étranger sont requis de payer la somme de $25.00 américains comme taxe de départ et de 10 gourdes comme frais de sécurité. De plus, les taxes sur les billets de voyage sont exorbitants en Haïti, il vous est donc recommandé de vous munir de votre billet de retour bien avant votre arrivée en Haïti.

Le développement du tourisme en Haïti

Si son pays voisin la République dominicaine continu son développement vers le tourisme haut de gamme, une part de marché sur le tourisme de masse sera à prendre pour Haïti.

Le Ministère du Tourisme haïtien réalisa en 2008 une étude des sites d’intérêt touristique accompagné de propositions de gestion, sur la base de réflexions menées par Didier Dominique, Patrick Delatour et Olsen Jean Julien, architectes. Cette étude intitulée Circuits de la Connaissance donna lieu a un rapport dont voici quelques extraits.

LE CONTEXTE

Haïti est parmi les premiers pays de la Caraïbe à avoir goûté aux bénéfices de l’émergence d’un tourisme international après la reconstruction de l’économie mondiale meurtrie par la seconde guerre mondiale. Ce secteur était devenu vital pour l’économie nationale car il représentait plus de 20% des exportations dans les années 70. Les estimations de l’époque parlent de plus de 60,000 emplois directs et indirects. Sa participation dans le PIB s’élevait à 3,5% et les recettes annuelles atteignaient 50 millions de dollars.

Au début de 1990, après la période dictatoriale des Duvalier, le nouveau gouvernement a envisagé la renaissance de ce tourisme éteint dès les années 1980. Les opérateurs touristiques, regroupés pour une grande majorité au sein de l’Association Touristique ATH, ont émis l’idée d’un Plan Directeur de Tourisme pour jeter les bases de la relance du secteur. Ce Plan Directeur, élaboré avec l’aide du PNUD, a paru en juin 1996.

Sous la dénomination d’ Orientations Stratégiques, ce Plan actuellement (dans le cadre d’une révision du Plan Directeur de 96) retient un ensemble de propositions divisées en quatre grands domaines : les produits touristiques, l’aménagement de zones prioritaires, les circuits touristiques et les ressources humaines. Un autre volet Les modalités de mise en œuvre, porte sur la rationalisation des choix budgétaires, la création d’une Autorité Nationale du Tourisme, la mise en place d’un cadre institutionnel et la mise en œuvre d’actions à court terme. Un nouvel aménagement spatial national du tourisme s’impose donc pour le pays.

Sur le plan de la répartition spatiale, le nouveau visage du tourisme haïtien se développe dans quatre départements : l’Ouest, le Nord, le Sud-Est et le Sud, qui serviront de rampe de lancement de l’activité touristique nationale. Ces départements prioritaires présentent des atouts communs et peuvent jouer, du même coup, les avantages comparatifs, compte tenu de certaines de leurs spécificités. Des aménagements sectoriels de sites touristiques jugés prioritaires et porteurs sont actuellement en cours d’élaboration :

  1. Au Parc National Historique du Nord, autour du patrimoine mondial de la Citadelle, Sans-Souci et les Ramiers

  2. Au Centre Ancien de Jacmel

  3. Aà Port-Salut et la plage Pointe-Sable

  4. A la Côte des Arcadins au nord-ouest de Port-au-Prince, où existe déjà un fort investissement hôtelier national ;

Les politiques à suivre et à mettre en œuvre portent sur :

  1. Une promotion touristique orientée vers les destinations locales

  2. Une promotion touristique ciblée sur les haïtiens vivant à l’étranger

  3. Une promotion touristique graduée en fonction de l’offre régionale caribéenne, américaine, européenne et asiatique

  4. Un partenariat constitué du secteur public, d’investisseurs nationaux et internationaux et un partenariat secteur public-secteur privé (PPP)

  5. Une dynamique touristique décentralisée mais s’inscrivant dans une logique de cohésion nationale

  6. Un cadre légal juste et respecté dans ce secteur : ceci passe par le renforcement administratif et réglementaire. Les Zones Touristiques Prioritaires (ZTP) seront classées en Projets d’Intérêt Général (PIG)

  7. Une orientation sur un tourisme de masse.

Le nouveau Premier Ministre, dans sa Déclaration de Politique Générale, a confirmé la place du Tourisme comme secteur prioritaire du développement national, vecteur de croissance. A ce rang il a été inscrit au Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et pour la Réduction de Pauvreté (DSNCRP) ; le Ministère du Tourisme a ainsi introduit 41 documents de projets dans ce DSNCRP de trois ans (2008-2011) - La phase de planification accomplie en grande partie, une étape nouvelle de programmation s’annonce, accompagnée des premiers efforts à réaliser pour l’exploitation touristique. Cette exploitation débutera dans les zones prioritaires les plus porteuses de potentialités immédiatement disponibles, à savoir : le Parc Historique du Nord et le Centre Ancien de Jacmel, à la suite de Pointe-Sable, plage de Port-Salut, en cours d’aménagements financés par Taïwan dans le cadre de la coopération bilatérale.

Le contexte général est propice à l’initiation des Circuits de la Connaissance comme produit touristique à destination locale de grande portée.

Des lieux à visiter en Haïti

  • La citadelle Laferrière : La Citadelle La Ferrière de Milot est un ouvrage militaire construit au début du XIXe siècle en Haïti par Henri Christophe. C’est la plus grande forteresse des Caraïbes : à 900 mètres d’altitude, elle se trouve à 15 km au sud de Cap-Haïtien, dans le département du Nord d’Haïti. La forteresse est construite après l’indépendance en 1804 pour défendre la partie nord de l’île d’Haïti contre un éventuel retour des Français. 20 000 personnes participent aux travaux de construction qui durent quatorze années

  • Le Bassin Zim : Le Bassin Zim est situé à 8 km de la ville de Hinche, chef-lieu du département du Centre appelé aussi Plateau Central. Entre autres richesses, il renferme des grottes et de chutes d’eau.

  • La Plaine du Cul-de-Sac : Désignée également sous le terme de dépression de Cul-de-Sac, c’est un vallée au sud de l’île d’Hispaniola, à cheval entre deux États: Haïti et la République dominicaine. Cette vallée était autrefois un bras de mer. Elle est située en partie en dessous du niveau de la mer et comprend quelques lacs d’eau saumâtre.

  • Le parc national Macaya : Il culmine à 2347 m avec le mont Macaya et se trouve dans le massif de la Hotte et s’étend sur deux mornes : le morne Formond et le morne Macaya. Ces mornes sont coupés de profondes ravines qui donnent naissance aux grandes rivières du sud de la péninsule : la Grande Ravine du Sud, la rivière de l’Acul, la rivière de Port-à-Piment, des Roseaux, Guinaudée et la rivière Glace. La faune de macaya comprend de nombreuses espèces uniques à l’île d’Hispagniola. En plus de nombreuses sortes d’oiseaux, le parc abrite d’autes animaux propres à l’île et de nouvelles familles y ont été identifiées. Le parc national abrite 65 espèces d’oiseaux, sur un total de 230 pour Haïti, dont certaines sont endémiques. Macaya abrite aussi un grand nombres d’espèces migratrices. Le flore sur la partie sommitale des massifs est encore bien conservée. C’est là que l’on trouve des forêts composées principalement d’une espèce endémique, soit le pin occidental.

  • La plage de Labadie : C’est une des plus belles plages d’Haïti, la mer y est turquoise.

  • L’île de la tortue : C’est une île de la mer des Caraïbes, située au nord-ouest d’Hispaniola. Elle constitue une commune haitienne du département du Nord-Ouest, dépendant de l’Arrondissement de Port-de-Paix. Nommée du fait de sa forme, Tortue de Mer par Christophe Colomb, cette île des Antilles, était un bastion pour les pirates qui écumaient les Caraïbes au XVIIe siècle et a été le premier territoire de Saint Domingue colonisé par la France.

  • La statue du marron inconnu (Port-au-Prince): Un marron est un esclave révolté, ayant fui l’habitation (propriété du colon) ; il porte une chaîne brisée au pied, mais tient un coutelas de coupeur de cannes à la main et souffle dans une conque pour appeler à la révolte. Dans la nuit du 22 au 23 août 1791, les esclaves de Saint-Domingue commencent la grande insurrection contre leurs maîtres blancs, qui aboutit finalement à l’indépendance d’Haïti en janvier 1804.

Photos d’Haïti

Île de la Tortue

Île de la Tortue

Le bassin zim

Le bassin zim

Saut d’eau, Ville bonheur

Saut d’eau, Ville Bonheur

Plage en Haïti

Plage en Haïti

Plage de Labadie

Plage de Labadie

Côte haïtienne

Côte haïtienne

Citadelle Laferrière

Citadelle Laferrière

Vendeuses haïtiennes

Vendeuses haïtiennes

Bus Tap Tap en Haïti

Bus Tap Tap en Haïti

Le Marron Inconnu

Le Marron Inconnu

Montagne en Haïti

Montagne en Haïti