PORTRAITS

Hervé Poron

Un jeune retraité qui aime la mer et découvrir les endroits mythiques

Hervé Poron, dit le roi de la truffe, a réussi à transformer une petite affaire familiale de négoce de truffe du Vaucluse, en un des leaders mondiaux de la truffe et des champignons.

Il vient de passer la main son fils dirige aujourd’hui l’entreprise, alors il décide de réaliser un vieux rêve ! Il va partir sur son superbe voilier faire un grand voyage autour du monde…

Il traverse l’atlantique et arrive aux iles vierges, début décembre, ou il retrouve un vieil ami, lui aussi sur son voilier. ils décident, en voyant la foule des voiliers navigants dans ces iles, de découvrir les endroits mythiques de la flibuste, et ce faisant de laisser ces voiliers de location derrière eux.

Leur plan est de longer la cote sud d’Hispaniola, puis de remonter la cote ouest de l’ile, pour arriver à Cap Haïtien, qu’Hervé connait déjà.

Ils arrivent sur les cotes dominicaines à l’Isla Saona, et sont tout de suite conquis par les plages de sable blancs et les cocotiers, mais l’Isla Saona regorge de touristes qui viennent depuis leur hôtel avec des petits bateaux…

Hervé continue donc, et son arrêt suivant est à l’Isla Beata, juste à l’ouest du Cap Beata, non loin de la frontière haïtienne sud. L’Isla Beata, c’est le bout du monde, pas un yacht, pas un touriste, un village de pécheur fourmillant de gros. L’eau est claire, et Hervé remonte langoustes et lambis trouvés quelques mètres sous la quille de son bateau, c’est une première ! !

Si l’Isla Beata a forcement été un repaire de pirate, de par sa situationqui la protège des vents alizés, l’ile à vache était la base du fameux pirate anglais Henry Morgan, qui réussi à prendre la ville ou les espagnols gardaient leurs trésors : Cartagena de las Indias. Alors un soir Hervé et son ami lèvent l’ancre pour l’ile à vache, ou ils arriveront dans la matinée suivante. Leur équipage respectif veut un bon bain, qu’à cela ne tienne, les 2 bateaux font un stop baignade sur la cote ouest de l’ile à vache, devant une plage de sable, rapidement 2 pirogues haïtiennes viennent leur proposer langoustes et fruits, Hervé comprend ce que le capitaine Cook a du ressentir, il y a de nombreux siècles quand il découvrit le pacifique…

En fin de journée, les deux voiliers vont mouiller dans l’anse de port Morgan, endroit unique et magique, un véritable trou a cyclone, ou l’on est parfaitement bien et caché de la vue des bateaux qui sont à l’extérieur (point important pour Henry Morgan ….) sur la colline un hôtel, où Hervé réserve une table pour un premier diner en Haïti.

Et en prenant un verre de rhum Barbancourt avec un petit citron, avant le diner nos amis dissertent sur la mauvaise image que la presse internationale donne à Haïti, et ne peuvent imaginer être dans ce pays, mais Francis, un des amis d’Hervé, un homme plein de sagesse, explique qu’Haïti c’est certainement comme en France, il y a les bons endroits, comme Saint-Tropez qu’il connait bien, et les banlieue dangereuses du 93, en fait les 2 sont en France mais n’ont rien en commun ! En Haïti, la presse ne parle que des catastrophes et à l’insécurité de Gonaïves et de cité soleil ! Mais jamais de la douce vie de l’ile à vache…

La croisière continue, toujours vers l’ouest ! après un bain devant port salut, une nuit dans la baie d’abricot, l’endroit ou tout indien taino devait aller impérativement avant de mourir, pour avoir une idée de ce qu’était le paradis….Hervé et ses amis arrivent à Pestel.

Pestel était un repaire de pirate et à toujours l’air de l’être ! L’endroit est extraordinaire, caché derrière une petite ile, le village est construit autour de son port. Aujourd’hui, plus de pirates, mais des pécheurs, qui alimentent en poisson l’agglomération de Port au Prince. Madame Jacques tient un petit restaurant sur la place du port, elle n’ouvre que quand on le lui demande, car les touristes ne se bousculent pas !Mais en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, elle prépare un ragout de langouste comme personne n’en a jamais mangé !C’est un diner éclairé à la bougie et aux lampes à pétrole, d’un romantisme total !

Après le diner Hervé part vers le môle Saint-Nicolas ou il arrive au petit matin. C’est un endroit magique ! Cette grande baie, protégée des alizés, avec, au milieu une rivière quicrée un véritable oasis, un jardin d’Eden au milieu d’une végétation un peu sèche ;

Hervé, mouille devant la plage historique, où Christophe Colomb débarquât le 6 décembre 1492 .

Son équipage et ses amis regardent cet endroit superbe, émus d’être là, ils sont les seuls yachts, l’endroit n’est pas encore pollué par la foule touristique…les zodiacs sont mis à l’eau et tous arrivent sur la plage , l’un d’entre eux se met à genoux et baise le sable, les autres se sentent émus, un peu malgré eux…en passant par la ruine du fort espagnol, Hervé et ses amis se dirigent vers le village, c’est dimanche, et les chants chrétiens s’entendent au loin.

Le village est tout simple, des rues larges se croisant à angle droit, c’est visiblement une base militaire ! et de fait, l’endroit a été occupé, tour à tour, par les espagnols, les anglais et les français, chacun a construit un fort, dont les ruines sont encore superbes ; Pour déjeuner, Hervé apprend qu’un français vient d’ouvrir un restaurant de plage, la décision est vite prise, et tous vont se délecter d’un poisson grillé.

Le lendemain, vent du nord ouest, un front froid arrive, Hervé n’hésite pas, il faut profiter de ce vent portant pour éviter de passer une semaine à remonter le canal de la tortue, comme Christophe Colomb ! et c’est au grand largue qu’Hervé et ses amis longent l’ile de la tortue, et Hervé, marin prudent, sait qu’il faut profiter des occasions quand elles se présentent, il décide donc d’aller ainsi jusqu’à Labadie qu’il connait, mais la nuit tombe en passant la pointe du bas limbé, et Hervé préfère aller ancrer dans la baie de l’accul, devant pointe sable, car arriver de nuit dans le lagon de Labadie peut se révéler dangereux, il y a des récifs partout ! !

Et puis pointe sable, Hervé voulait connaitre, des français ont construit là 4 maisons, l’une d’entre elle appartient à des amis d’amis…il ira se présenter…s’ils sont là !

Chance, les amis qu’il voulait voir sont là ! Hervé et ses amis sont tout de suite invités à déjeuner, zombi le pécheur de langouste de pointe sable, en remonte de quoi nourrir toute la tablée.

Tous les yachtmen sont surpris de la sophistication et du confort des maisons de pointe sable, là encore, cela ne correspond pas du tout à l’image qu’ils avaient d’Haïti ! et puis, ce qui les frappe, c’est la gentillesse des haïtiens, le sens de l’hospitalité de leurs hôtes, qui vont les présenter aux autres français du lagon (ils sont 8 qui sont tombés amoureux de l’endroit et ont construit la maison de leur rêve au bord de l’eau…)

Ils découvrent ainsi le passage vers Labadie, en longeant les récifs, pour arriver baie du paradis. Un endroit magique, là aussi, recommandé par leurs nouveaux amis de pointe sable, Hervé et ses amis sont reçus à Eden Roc…..les mots manquent à Hervé pour décrire la vue, mais ce qui lui plait surtout c’est d’admirer son bateau depuis la terrasse d’Eden Roc !

Ce mouillage paraissant sur, il décide de laisser son bateau là quelques semaines, de partir en France, pour garder le contact avec les siens. Et quand, en France, on lui dit qu’il est fou d’avoir laissé son magnifique bateau en Haïti, il sourit finement, car il sait qu’il ne risque rien !

RETOUR À LA PAGE INFO

Haïti Live

Contactez-nous

S’il vous plaît, aidez-nous à vous aider. Quelque soit la raison, si vous souhaitez nous contacter, la façon la plus simple est de remplir ce formulaire et de cliquer sur Envoyer.

Vos Coordonnées

S’inscrire pour recevoir les alertes :



Ajouter un commentaire